École-Éducation pour une autre approche
École-Éducation pour une autre approche

Changer l’école, se changer, se donner le temps de changer.

 

       Tous les jours, sur le terrain, dans les classes depuis des années des enseignants travaillent à être en mouvement, à se mettre en mouvement. Nous sommes engagés dans des pratiques non classiques, échangeons tous les jours sur nos listes, nous nous rencontrons dans des réunions, nous organisons des formations. Nous proposons des outils à utiliser dans nos classes, des actions à réaliser dans les écoles pour qu'elles soient différentes. Nous exposerons pourquoi il faudrait qu’elle soit différente, qu’elle soit autre.

 

          Mais c’est à la réalité actuelle que nous sommes confrontés, la réalité d’une école publique et de son environnement social et économique.

Nous constatons que de plus en plus de parents, d’éducateurs, de citoyens intéressés par les questions de l’éducation désirent un autre modèle pour éduquer leurs enfants. Nous nous en réjouissons.

Depuis longtemps, de nombreuses expériences ont validé ces pédagogies différentes, alternatives.

         C'est pourquoi nous vous ouvrons les portes de nos classes pour vous faire partager notre approche et les liens que nous voulons entretenir avec tous les acteurs de l'école.

 

          Nous souhaitons que ces approches différentes soient connues de tous les parents, des professionnels et qu’elles fassent partie de la formation des enseignants et des éducateurs, que tous les parents puissent y avoir accès gratuitement.

 

           Les enfants doivent être les bénéficiaires de relations école/éducateurs/parents améliorées, pacifiées, basées sur des choix clairs de chacun.

 

 

Bienvenue dans l'école autrement. Partageons échangeons, avançons ensemble.

 

 

 

Invariant n° 30 Il y a un invariant aussi qui justifie tous nos tâtonnements et authentifie notre action: c'est l'optimiste espoir en la vie.

Vie de classe

Des photos de classe, des témoignages, des vidéos de nos classes …

 

 

Approfondir

Expérimentation

   Dans son environnement naturel, l'enfant est, par nature, expérimentateur. Il procède spontanément par un tâtonnement qui évolue depuis la forme primaire par essais-erreurs au hasard vers des formes supérieures, plus élaborées. 

Lire la suite …/…

 

 

Notre projet

Projet pour une école alternative

L’école alternative est par choix et par conviction partie intégrante du service public. Elle a pour vocation de prendre en compte conjointement les dimensions pédagogique, éducative et socio-éducative.

Lire la suite …/…

 

                                                 Coopérer

Pédagogies alternatives

Ce qu’un enfant de sept ans devrait avoir expérimenté ou vécu

 

Extrait de Donata Elschenbroich, Découvrir le monde à sept ans. Quelle éducation pour le XXIe siècle ?, Actes Sud, 2003, pages 28 à 32.

 

NDLR : Il ne s’agit pas de ce qu’il faudrait savoir ou savoir-faire, encore moins d’un « programme », mais de ce qu’un enfant de sept ans devrait avoir vécu, selon le point de vue de certains. Cette liste est indicative : on enlève ou on ajoute des expériences, mais non sans réfléchir et en discuter, car chaque point a une visée qui n’est pas forcément immédiatement apparente. L’important est de bien savoir pourquoi on enlève ou pourquoi on ajoute.

 

---------------------------------------------------------------------

 

 

Panorama après cent cinquante entretiens :
Ce que des enfants de sept ans devraient avoir appris/expérimenté.
Occasions d’apprendre – stimulations – expériences – pressentiments – questions.

 

avoir vécu sa propre présence comme une contribution positive. “Si tu n’étais pas là…”, “Tu nous as manqué…”

vouloir gagner et savoir perdre

savoir ce que signifie “être en mauvaise forme” (theory of mind). Ne pas confondre faim et contrariété, fatigue et tristesse. Avoir une idée des phénomènes psychosomatiques élémentaires : mouiller son lit par exemple a quelque chose à voir avec l’émotion

avoir pardonné à un adulte une punition injuste

connaître des images pour représenter une émotion de l’âme : “Comme quand un ballon éclate…” “Comme une soupe au lait…”

se souvenir que progresser soi-même dans ses études a provoqué du plaisir chez d’autres

avoir regardé son père en train de se raser

avoir fait la cuisine, le ménage, les lits, avoir bricolé et passé des jours entiers avec son père. Avoir été soigné par lui pen­dant une maladie.

pouvoir faire l’expérience que l’eau porte le corps

savoir faire de la balançoire : que fait mon corps avec la balançoire, que fait la balançoire avec mon corps

avoir livré une bataille d’oreillers

avoir fait un bonhomme de neige. Un château de sable. Un barrage dans un ruisseau. Allumer un feu en plein air et savoir l’éteindre. Savoir à quoi servent un fanal, une éolienne.

faire du beurre. Fouetter de la crème. Avoir des connaissances élémentaires de chimie culinaire, de physique culinaire : la moisissure, nocive et piquante. Remuer, découper en petits morceaux, éplucher, pétrir, passer dans une passoire. Croustillant / brûlé ! Cru / cuit ! Saler : “une pincée”.

voyage : percevoir la famille, les parents dans un autre environnement. Vivre l’opposition confort / Robinson. Chez-soi / en chemin, on the road.

Premiers concepts du mal du pays, migration, “gîte”, être sans domicile fixe.

passer une nuit dans une autre famille. Entrer en contact avec d’autres cultures familiales, d’autres codes. Connaître un usage qui n’est en vigueur que dans sa propre famille.

qui fait partie de la “famille élargie” : connaître différents degrés de parenté : oncle, cousin, marraine

donner de l’argent dans le chapeau du mendiant, dans l’étui à violon, dans le tronc d’une église

avoir proposé une amélioration et la voir réalisée

Un souvenir : moi, qui ai amélioré le monde…

soins élémentaires à un malade : surélever la tête, glacé ou chaud ? Le souffle, « accepter la douleur », repos ou mouvement ? Le contact de la main fait du bien, où ? (Au pli du coude, à la racine des cheveux ?) Premiers gestes de massage. Savoir se reposer. Qu’est-ce qui fait du bien : à mes yeux. Aux oreilles. A la peau. Aux pieds. Qu’est-ce que la chair de poule ? Fierté d’avoir surmonté des maladies et : “La maladie fait partie de la vie.”

connaître le conte de Grimm Le Vieux grand-père et son petit-fils et d’autres paraboles élémentaires d’exclusion et de protection

un musée, cabinet de curiosité : le message des choses. Leur aura, leur vieillissement, leur durée après notre mort. Con­naître un château. Avoir le sentiment que le monde change. Que la grand-mère a été élevée autrement. Choisir un objet avec mis­sion de le conserver et de le transmettre à ses propres enfants.

vouloir entreprendre une collection, ou l’avoir fait

avoir une idée de la spatialité du monde, d’autres continents

saisir la différence entre manger et prendre un repas. Mou­vement et gestes. Odeur et parfum. Bruit et son. Voir, regarder, contempler. Aller, marcher.

connaître des numéros de téléphone d’urgence. Les pompiers, la police. Il existe un numéro spécial d’aide à l’enfance.

savoir garder un secret. “Rien que toi et moi”, “ça restera entre nous”, avoir envie de détenir un secret.

se souvenir d’une promesse tenue

avoir fait l’expérience que ses propres intérêts peuvent être délégués, ou réglés, représentés par d’autres

connaître une méthode de préservation contre la dégradation. Avoir réparé quelque chose et trouver importante la question à poser lors d’un achat : “Peut-on le réparer ?”

connaître la différence entre un marché et un supermarché

avoir été en avance sur son âge (par exemple pour diriger un bricolage). Avoir expliqué quelque chose à un adulte.

avoir partagé avec un adulte un problème insoluble (“ça, personne ne le sait”)

avoir grimpé à un arbre

être tombé dans un ruisseau

avoir semé et récolté

avoir examiné une fermeture à glissière, à Velcro. Savoir manier des verrous, des clés. Ne pas s’enfermer soi-même par mégarde.

savoir brancher et débrancher des appareils (magnétophone, etc.)

connaître des jouets typiques pour garçons et filles. Etre interrogé sur ce que l’on en pense.

vouloir se faire beau, sens du style, « ce pull-over ne me va pas »

avoir écrit un message, avoir été consolé par un message écrit, en avoir attendu un avec impatience. Avoir reçu ou envoyé un e-mail.

à quoi ressemble son propre nom écrit dans le sable ? dans la neige, sur le sol de la forêt, sur une vitre embuée ?

avoir ressenti l’impatience et la joie prémonitoire qui peu­vent vous venir d’une feuille de papier non écrite, non peinte

connaître un livre d’un bout à l’autre d’une manière ou d’une autre

observer l’ombre bleue – sur un tableau, dans le paysage d’hiver

cette nuit j’ai rêvé…

avoir servi de médiateur dans une querelle. S’être écarté d’une querelle.

Moi, un être qui arrive : avoir imaginé les mois et les semaines avant sa naissance, “s’en souvenir”

avoir sciemment épluché, “dégagé” un fruit, fendu un noyau

étudier les nervures d’une feuille et les veines de sa main

connaître différentes sortes de fruits, et comment elles se distinguent par leur odeur. Trois odeurs préférées.

trouver le timbre de sa voix pour chanter. Avoir chanté son propre nom. Savoir imiter des chants d’oiseaux, des cris d’animaux. Chanter en canon – jouer à déclasser et reclasser. Mettre en scène un dialogue d’instruments (duo), écouter, provoquer un écho. Je sens ce rythme dans mes pieds, l’intensité de ce son atteint mon seuil de douleur !

savoir doser sa propre force (en jouant du tambour, en massant)

connaître des jurons, des injures (en deux langues). Avoir une idée des niveaux de style, des conventions linguistiques, que dire, et où le dire.

savoir enfoncer un clou, visser une vis, changer une pile

prendre un message au téléphone, se le rappeler et le transmettre

se pencher quand quelqu’un a laissé échapper quelque chose

laisser parler jusqu’au bout. Savoir ce que cela veut dire. Savoir attendre : la file d’attente.

savoir que tous les souhaits ne se réalisent pas tout de suite

avoir fait des randonnées à pied : connaître la différence entre courir, marcher et excursionner. L’expérience de la distance, du chemin que l’on peut parcourir selon ses forces. “But devant les yeux.”

connaître quelques formes de feuilles, savoir ce que l’on peut manger ou non dans la nature

avoir fait l’expérience de la nature comme amie ou enne­mie. Sa fragilité, savoir qu’il faut la protéger. Sa force, savoir qu’elle peut être dangereuse.

avoir négocié des règles. Avoir modifié une règle. Relier quelque chose au concept d’“exception”.

connaître par expérience des quantités en unités de masse. Par exemple : trois litres = trois bouteilles de lait pleines… Avoir mesuré un espace à l’aide de son propre corps.

réflexion : que puis-je, que peut l’ordinateur ? Premiers concepts d’intelligence, les « intelligences » humaine et artificielle.

expériences d’“être et paraître”. Derrière le “rien” dans le verre se cache quelque chose.

avoir procédé à une expérimentation (série d’essais gui­dés) et à un exercice (répétition systématique de certains processus)

connaître la couleur de ses propres yeux, avoir peint son portrait

avoir senti son propre pouls, celui d’un ami et d’un animal

avoir rencontré un maître, un expert, une personne très capable. Avoir travaillé à côté de lui ou elle (“mentor”).

avoir été fier d’être “un enfant”. Rien qu’un enfant

 

 

Suivez notre actualité grâce à Facebook.

L'idée de ce site est d'être un outil de réflexion, de proposition, sur l'école, l'éducation. Parce que l'école construit la société à venir avec l'enfant, agissons, construisons ensemble au lieu de rester  chacun dans notre coin.

Pour une éducation qui prépare les enfants et les adolescents d’aujourd’hui à être capable d’agir sur le monde de demain.

Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Les photos de ce site ne sont pas libres de droits.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Ecole-Education pour une autre approche